Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Les rencontres

  • #54 Novembre 2016 (Prénom) : "La dernière valse de Mathilda" de Tamara McKinley

    tamara mackinleyRésumé : Dans la chaleur étouffante du bush australien, Mathilda, treize ans, fait ses adieux à sa mère. Quelques voisins sont rassemblés autour de la tombe pour rendre un dernier hommage à cette femme courageuse.
    Un peu à l'écart, le père de Mathilda n'a qu'une hâte : que tout cela se termine afin qu'il puisse vendre le domaine de Churinga. Mathilda, elle, comprend que les choses ne seront jamais plus comme avant...
    Cinquante ans plus tard, Jenny découvre le journal intime de Mathilda. À mesure que progresse sa lecture, l'angoisse l'assaille... A-t-elle bien fait de venir s'installer à Churinga ?
    Par son atmosphère envoûtante, la force de ses personnages, cette saga australienne s'inscrit dans la lignée des chefs-d'oeuvre de Colleen McCullough.

    Notre avis : Les deux histoires relatées dans ce roman sont sympathiques. L'histoire de Mathilda est la plus intéressante, la plus fournie et la plus aventureuse. Celle de Jenny est plus douce, plus à l'eau de rose sans grande surprise mais agréable à suivre.
    C'est un roman qui nous a plu, agréable à lire et dépaysant. Les descriptions des paysages donnent envie d'aller voir de ses propres yeux l'arrière pays australien.

    Notre appréciation -> 7.75/10

  • Février 2013, rencontre #9 (Il faut qu'on parle de Kevin)

      Il faut qu'on parle de Kevin 02.13.jpg  Coup de Coeur.jpeg

    Ce 26 février, nous nous sommes retrouvées autour du roman de Lionel Shriver, « Il faut qu’on parle de Kevin ». Nous n’étions que quatre lors de cette rencontre. Parmi, ces quatre lectrices, l’une n’a pas pu le terminer en raison de la dureté psychologique du récit et une autre ne l’a pas lu car elle avait vu le film et l’avait aussi trouvé insoutenable.

    Kevin est un enfant non désiré ou plutôt non aimé par sa mère. Dès la naissance, le lien maternel a des difficultés à se nouer et tout au long de sa vie, cela aura des répercutions sur le jeune Kevin. La naissance d’une petite sœur adulée par la mère n’arrangera évidemment rien. Dans cette famille aux liens instables et aux parents non structurants, les failles se dévoilent nombreuses chez chacun, Kevin étant le membre le plus perturbé.

    Une chose est sûre, ce livre n’a as l’unanimité. José l’a trouvé stressant mais poignant ; Catherine a beaucoup aimé le propos, le style différent des autres romans lus et l’écriture ; Lindsay n’a pas pu aller au-delà de la naissance de la petite sœur, sachant les risques encourus par l’enfant et Lucy n’ayant pas aimé le film ne l’a pas lu. 

    Ce livre a eu le mérite de faire débat et nous a permis de comparer nos points de vue sur de nombreux domaines abordés dans le récit.

    La prochaine rencontre aura lieu ce mardi 19 mars autour du livre « La clairstidée » de Serge France.

    Lucy

  • Mars 2013, rencontre #10 (La Clairstidée)

     La Clairstidée 03.13.jpg

    Ce mardi 19 mars, nous nous sommes retrouvées autour du roman de Serge France « La clairstidée ». A la fois récit d’anticipation, thriller et fantastique, ce récit pouvait tenter chacune d’entre nous. De plus, l’auteur nous faisait l’honneur de se joindre à nous pour discuter de son roman.

    Très vite, la conversation s’est animée car nous avions beaucoup de choses à dire et à demander. L’intrigue est dense, les personnages nombreux et nous n’étions pas sûres (surtout moi) d’avoir bien tout compris. Le titre déjà interpellait. Et la fin, ouverte, laisse présager une suite. Une suite où nous retrouverons tous les personnages ? Une partie seulement ?

    Avec beaucoup de gentillesse, l’auteur a répondu à nos questions, a éclairé nos zones d’ombre, entendu nos critiques et a attiré notre attention sur des détails que nous n’avions pas perçus. Ensuite, il a longuement discuté de son travail, de l’écriture du roman et de la genèse de celui-ci.

    Serge France, c’est Serge, l’auteur et France, sa filleule et relectrice, sa muse aussi qui a le don de relancer l’intrigue quand elle stagne un peu. Il écrit depuis douze ans. Tout a commencé lors d’un atelier d’écrire d’Anne Payenne. Il était demandé aux participants d’écrire à partir d’une photo, un long texte qui deviendrait une histoire. La photo représentait la main d’une dame âgée. Elle a donné naissance au personnage de Clara. Il a ensuite fallu créer le lien, tisser une histoire autour d’elle. C’est là que France est intervenue.

    Serge écrit d’une manière presqu’automatique. Quand l’inspiration l’habite, il écrit sans y penser. Mais cela se fait de manière intermittente. Pour ce premier roman, il aura fallu un an d’écriture.

    Qu’en avons-nous pensé ?

    José a trouvé le roman trop dense, avec trop de personnages pour bien les appréhender tous et n’y a pas vraiment trouvé le style qu’elle aime.

    Catherine a bien aimé le roman, la trame mais a aussi trouvé que les personnages étaient trop nombreux et que les liens étaient parfois difficiles à cerner entre eux.

    Quant à moi, j’ai aimé l’originalité du propos scientifique présenté ici, le mélange des genres et le rythme de l’histoire. Mais j’ai trouvé également qu’il était ardu de se faire une idée précise de qui était qui avant la moitié du roman. Certaines scènes sont également très dures.

    Lucy.

  • Février 2013, rencontre #9 (Il faut qu'on parle de Kevin)

          Il faut qu'on parle de Kevin 02.13.jpgCoup de Coeur.jpeg    

    Ce 26 février, nous nous sommes retrouvées autour du roman de Lionel Shriver, « Il faut qu’on parle de Kevin». Nous n’étions que quatre lors de cette rencontre. Parmi, ces quatre lectrices, l’une n’a pas pu le terminer en raison de la dureté psychologique du récit et une autre ne l’a pas lu car elle avait vu le film et l’avait aussi trouvé insoutenable.

    Kevin est un enfant non désiré ou plutôt non aimé par sa mère. Dès la naissance, le lien maternel a des difficultés à se nouer et tout au long de sa vie, cela aura des répercutions sur le jeune Kevin. La naissance d’une petite sœur adulée par la mère n’arrangera évidemment rien. Dans cette famille aux liens instables et aux parents non structurants, les failles se dévoilent nombreuses chez chacun, Kevin étant le membre le plus perturbé.

    Une chose est sûre, ce livre n’a pas faitl’unanimité. José l’a trouvé stressant mais poignant ; Catherine a beaucoup aimé le propos, le style différent des autres romans lus et l’écriture ; Lindsay n’a pas pu aller au-delà de la naissance de la petite sœur, sachant les risques encourus par l’enfant et Lucy n’ayant pas aimé le film ne l’a pas lu. La cote attribuée à cette lecture est 7,5/10.

    Ce livre a eu le mérite de faire débat et nous a permis de comparer nos points de vue sur de nombreux domaines abordés dans le récit.

    La prochaine rencontre aura lieu ce mardi 19 mars autour du livre « La clairstidée » de Serge France.

    Lucy

  • Décembre 2012, rencontre #7 (L'orange de Noël)

    L'orange de Noël.gifNoël.jpg

    Ce 26 décembre, nous nous sommes rencontrées, pour la 7 ème fois, avec notre thème imposé du mois : Noël. Le livre qui nous accompagne pour cette fin d'année est “L'orange de Noël” de Michel Peyramaure.

    Nous nous sommes vite mises d'accord sur le fait que le livre ne faisait pas honneur au thème, le moment de Noël tant attendu étant à peine survolé ; comme la plupart des événements importants du récit. Du coup, nous avons trouvé l'histoire un peu plate. L'auteur a une très belle écriture mais il ne se passe finalement pas grand chose dans ce livre. En effet, le conflit entre l'abbé Brissaud et l'institutrice passe presque inaperçu et l'affrontement final entre ces deux personnages nous a laissées un peu perplexe. Nous avons supposé que c'était dû à l'époque mais ça ne nous a pas empêchées d'être un peu déçues. L'auteur nous prive également de tout suspense quant à la réussite de Malvina. Le fait que ce soit elle qui raconte l'histoire règle vite la question et de ce fait nous avons trouvé que cette narration, du point de vue de Malvina uniquement, rendait le texte moins riche.

    Nous avons, par contre, beaucoup aimé découvrir la vie de l'époque et l'ambiance qui régnait dans ces milieux ruraux de 1913.

    Bref, le sort de ce livre a vite été réglé : un déception pour Sarah, Cath et moi-même. Ce qui ne nous a pas empêchées de passer un très bon moment livresque ensemble !

    La prochaine rencontre a lieu le 22 janvier avec un roman gourmand : « Mangez-moi » d'Agnès Desarthe.

    A bientôt avec de nouvelles lectures,

    Lindsay